Message d'erreur

Notice : Only variables should be passed by reference dans fancy_login_page_alter() (ligne 109 dans /var/aegir/platforms/bricelo_7.60.2/sites/www.snla-fo.com/modules/contrib/fancy_login/fancy_login.module).

Bilan de la conférence pour l'emploi des 15 et 16 octobre

Conférence pour l’emploi des 15 et 16 octobre :


Aucune mesure en faveur de l’emploi des artistes interprètes dans le spectacle vivant

Des mesures en faveur de la relocalisation des tournages et l’institutionnalisation du travail gratuit des artistes inscrite à la loi LCAP maintenue

La Conférence pour l’emploi convoquée par le Premier ministre, réunissant les ministres de la culture, du travail, toutes les chambres patronales, les fédérations syndicales, des syndicats nationaux, les institutions de nos secteurs telles Audiens, l’Afdas, le CMB… s’est tenue les 15 et 16 octobre derniers. Pour notre part, nous avons appelé les artistes à protester sur tout le territoire et, à Paris, à se rassembler.

Le Premier Ministre a rappelé son exigence :

- [que les « partenaires sociaux »] définissent les métiers éligibles aux annexes 8 et 10

- délimitent les conditions du recours au CDD d’usage pour lutter contre des abus qui fragilisent tout    le système [ce qui a déjà été fait lors de la renégociation des conventions collectives depuis 2005].

Il a notamment annoncé :

- que les sommes aujourd’hui consacrées à la prise en charge du différé d’indemnisation seront dédiées à ce fonds [d’aide à l’emploi] à compter de la prochaine convention assurance chômage

-des aides à l’emploi direct et à des dispositifs qui allongent la durée moyenne de travail

- la création, dans les entreprises du spectacle, d’une aide, non pas à la première embauche, mais à la première embauche en CDI.

 

La Ministre de la Culture (et de la communication)

- a annoncé des dispositifs spécifiques envers les Compagnies à fort potentiel pour l’exportation et la majoration des subventions en fonction de la durée des contrats et de la diffusion

- a précisé que le fonds d’aide à l’emploi participerait de la rémunération des personnels des petites entreprises de spectacle qui serait sécurisée par une aide pendant une période transitoire de 5 ans

-aiderait au compagnonnage

-financerait des emplois mutualisés de personnels administratifs, de chargés de com’

-a annoncé l’extension au spectacle vivant et enregistré des contrats d’insertion, d’avenir, de génération, sans limitation d’âge.

 

Spectacle vivant

Force est de constater qu’aucune annonce est faite par le SYNDEAC, les directeurs des CDN ni par le Ministère pour garantir le respect de l’accord sur le volume d’emploi des artistes interprètes dans les CDN, tombé en 2013 à 11% de la masse salariale des théâtres ! Ne faisons-nous pas, avec nos camarades techniciens, les spectacles ? A quoi les théâtres sont-ils destinés si les personnels qui devraient en être le cœur, sont oubliés ? « Aider à la création d’emplois mutualisé » pour les petites structures, « d’administrateur, de chargé de communication » comme l’annonce F. Pellerin est révélateur : la pieuvre bureaucratique va continuer de croître, aux dépens des artistes, relégués à la précarité à vie.

L’emploi d’artistes en Cdi n’apparaît nulle part. « La permanence artistique », souci exprimé par la Ministre, n’est pas la permanence de l’emploi artistique. Nous continuons pourtant de penser que notre travail exige de la continuité, de la régularité. On ne peut saison après saison se pâmer devant le travail magnifique de nos collègues allemands, russes…tout en obérant avec acharnement qu’ils sont… en troupe ! Pire, la Ministre annonce l’entrée dans le spectacle de nouveaux contrats précaires.

L’organisation d’auditions n’est pas non plus annoncée. Notre syndicat le réclame pourtant depuis des décennies. L’audition, c’est l’occasion de se rencontrer, dans le travail ; c’est la transparence de l’utilisation des fonds publics. A contrario de la situation actuelle.

 

Cinéma

La ministre a annoncé une réforme des aides du CNC qui seraient désormais conditionnées aux tournages sur le territoire. Ces mesures pourraient contribuer à des relocalisations et donc à l’emploi des artistes interprètes. Encore faudra-t-il que le Ministre s’en préoccupe. Le rouleau compresseur du dumping social et de la concurrence déloyale (« libre et non faussée ») chers à l’Union européenne fait des ravages. Paradoxalement aux records d’entrées en salle, les productions fuient depuis 3 ans, plus seulement dans les pays d’Europe à bas coûts salariaux, mais aux portes mêmes de la France : en Belgique, au Luxembourg. Telle la calèche royale pleine d’or en fuite vers Varenne. Dans le cas présent, l’or du CNC.

 

Fictions télé

Aucune mesure annoncée en faveur de la réinternalisation de la production, ni même en faveur de relocalisations des productions

 

Fictions radio

Sujet totalement absent. Pourtant deux des quatre studios dédiés aux fictions de Radio France, fermés pendant des mois pour travaux, ne sont pas remplacés. 20 000 cachets et 2 000 comédiens sont concernés. 

 

Légalisation du travail gratuit des artistes

Sujet le plus accablant. Quel sens cette conférence a-t-elle, quels impacts les quelques mesures annoncées peuvent-elles avoir alors que le gouvernement tente dans le même temps de légaliser le travail gratuit des artistes ? Dans un tel contexte, le SNLA-FO a bien eu raison de ne pas participer à cette conférence. Dans sa conclusion, la ministre de la culture et de la communication a dit être prête à recevoir sur le sujet les organisations syndicales qui en feraient la demande. Nous allons le faire, avec notre fédération. Nous considérons nous que le décret de 1953 encadrant les pratiques amateurs et protégeant les pratiques professionnelles n’est pas obsolète. Le seul aménagement auquel nous consentons est de préciser qu’ « un groupement d’amateurs » peut recourir à la publicité, à la condition qu’elle ne soit pas commerciale, et à du matériel professionnel (prestataires techniques), dans une certaine limite.  Mais nous restons totalement opposés à toute billetterie de spectacle amateur, et exigeons que tout plateau de spectacle professionnel soit entièrement rémunéré.

 

En conclusion, nous continuons à exiger

-          le respect de l’accord sur le volume d’emploi des artistes interprètes dans les CDN

-          de réelles mesures en faveur de l’emploi des artistes et le paiement de toutes les heures travaillées

-          le rétablissement de l’aide au projet et le maintien de toutes les subventions à la création

-          un plan d’urgence en faveur d’une réelle diffusion des œuvres

-          des moyens fléchés dans l’audiovisuel public en faveur des fictions

-          la mise immédiate à disposition de deux studios d’enregistrement pour les fictions radiophoniques

Face à la surdité du gouvernement, alors qu’unanime les fédérations du spectacle s’opposent à la légalisation du travail gratuit des artistes, le SNLA-FO soutiendra les artistes lyriques des chœurs permanents, premiers touchés par l’amendement gouvernemental, et soutiendra toutes les actions de lutte, de grève, qu’ils décideront pour se faire entendre.

-          maintien du décret de 53 encadrant les pratiques amateurs et protégeant les pratiques professionnelles

-          strict respect de la présomption de salariat des artistes 

 

 

Rejoignez le Syndicat National Libre des Artistes Force Ouvrière

X
Saisissez votre nom d'utilisateur pour Le S.N.L.A.
Saisissez le mot de passe correspondant à votre nom d'utilisateur.
En cours de chargement