Message d'erreur

Strict warning : Only variables should be passed by reference dans fancy_login_page_alter() (ligne 109 dans /var/aegir/platforms/bricelo_7.58.1/sites/www.snla-fo.com/modules/contrib/fancy_login/fancy_login.module).

Le SNLA - FO appelle les artistes à manifester JEUDI 22 mars dans toute la France pour la défense du service public de création et de diffusion, pour la défense de leur statut de salarié

Le SNLA-FO appelle les artistes à manifester dans toute la France JEUDI 22 mars avec les fonctionnaires, les cheminots, les agents RATP…

 

Le 22 mars, les agents de la fonction  publique seront en grève et manifesteront à l’appel de leurs fédérationspo ur la défense de leur statut, de leurs postes et missions, contre la casse du service public et la suppressionde 120 000 postes décidé par Macron ;

Le 22 mars, les agents de la SNCF  manifesteront à l’appel de leurs fédérations contre la privatisation et la finde leur statut décidé par Macron ;

Le 22 mars, les agents de la RATP, de la sécurité sociale, et d’autres secteurs manifesteront pour la défense de leurs statuts pour les uns, de leur convention collective pour les autres, les étudiants et lycéens pour leursdroits aux études, remis en cause par Macron ;

Le 22 mars, l’Union Régi onale Force Ouvrière d’Ile de France avec les URIF CGT, FSU et Solidaires, l’UNEFsoutient ces mobilisations. Elle exige le maintien du service public, de tous les postes, du statut.Le service public de la création et de la diffusion, notre statut de salarié sont eux aussi menacés, et avec, lacréation et nos emplois.

Suite au scandale suscité par le document du ministère de la Culture pour CAP22, celui-ci a engagé des  échanges dans le cadre du CNPS, rebaptisés depuis « concertation ». Dans nos secteurs, comme dans lafonction publique, à la SNCF…le gouvernement tente d’associer les syndicats à ses plans, au travers de « concertations ». Comme il la fait pour aggraver la Loi travail, avec le résultat qu’on sait.

Un premier document « étape » de cette concertation vient de sortir. De nombreuses contributions de toutesparts s’y joignent. Qu’y lit-on ?

 

« -Le modèle français du spectacle vivant a permis de doter le pays d’un maillage exceptionnel en lieux de création indépendante de qualité et une diversité culturelle exceptionnelle. Ce modèle est néanmoins entré dans une crise de croissance qui le menace et interdit le statu quo de la politique publique en faveur du spectacle vivant

- Le doublement en vingt ans du nombre d’équipes aidées (…) traduit aussi un mode de sélection imparfait (…) Il est par ailleurs difficile de remettre en cause les soutiens aux anciennes compagniesmême quand leur créativité a décliné

- l’émiettement des parts de coproductions participe donc à la dégradation des conditions de travail des artistes (…) les budgets artistiques de ces derniers (lieux) étant par ailleurs en diminution

- nous arrivons à une limite de l’éparpillement des aides (…) il faut réinventer une intelligence budgétaire et organisationnelle (…) nous appelons à une politique culturelle qui prenne la forme non d’une continuité mais d’un aggiornamento () une nouvelle feuille de route fondamentale

- (…) La politique culturelle ne doit pas être séparée des autres mais au contraire le pivot (…) de l’action publique : politique sociale, politique de la jeunesse, politique de la ville et des territoires, politiques del’éducation, de la justice…

- les points névralgiques d’une réforme devraient être les suivants : (….) une concertation pour définir les termes de création, production, coproduction, cession, préachat, diffusion, résidence…

- propositions à élargir les compétences du service en charge des licences à celles plus larges de la structuration et professionnalisation du secteur (rien de moins que la carte professionnelle !) »

 

On le comprend, toutes ces propositions visent malgré les circonvolutions oratoires, à remettre en cause tout l’édifice public actuel, institutions, aides et liberté de création énoncés en 1936 et construits patiemment et avec acharnement depuis 1945.
De cette nouvelle « concertation » risque de sortir un nouveau monstre, comme de celle de la LCAP où des « contre propositions » d’autres syndicats d’artistes ont été reprises par le MCC et ont donné lieu à l’article 32 légalisant le travail gratuit des artistes.

Pour notre part, nous appelons les artistes à manifester le 22 mars 2018

- pour la défense inconditionnelle du « maillage exceptionnel en lieux de création indépendante de qualité et une diversité culturelle exceptionnelle » c’est-à-dire du service public de soutien à la création et à la diffusion

- pour la défense de notre statut de salarié, l’abrogation de la LCAP, pour le maintien de tous les acquis conventionnels menacés par Macron et tous ses supplétifs

- NON à la carte professionnelle, quel qu’en soit le nom

 

à Paris RDV à 14h rue de Bercy, métro Dugommier
dans les autres départements, contactez votre Union départementale FO

X
Saisissez votre nom d'utilisateur pour Le S.N.L.A.
Saisissez le mot de passe correspondant à votre nom d'utilisateur.
En cours de chargement