Error message

Notice: Only variables should be passed by reference in fancy_login_page_alter() (line 109 of /var/aegir/platforms/bricelo_7.67/sites/www.snla-fo.com/modules/contrib/fancy_login/fancy_login.module).

MAINTIEN des annexes 8 & 10 de la convention nationale d’assurance chômage Pas un centime de baisse de droits !

MAINTIEN des annexes 8 & 10 de la convention nationale d’assurance chômage
Pas un centime de baisse de droits !

Lors de son allocution télévisée lundi 10 décembre, Emmanuel Macron a annoncé l’augmentation du SMIC de 100e/mois. Le lendemain, la ministre du travail précisait qu’il s’agissait en réalité d’une augmentation de la prime d’activité, c’est-à-dire que Macron a décidé d’une mesure que tous les contribuables financeront mais surtout pas les patrons et qui ne comptera pas pour la retraite, l’assurance chômage… En outre, cette mesure n’est pas un point d’appui pour renégocier l’ensemble des salaires à la hausse, ce que tout le monde demande pourtant.

En échange de cet aumône, il a surtout annoncé une nouvelle fois qu’ « il gardait le cap des réformes », notamment celle de l’assurance chômage, avec 3,9 milliards de prestations en moins sur 3 ans.
Pour le MEDEF les salariés-intermittents devaient porter leur « tribut » soit accepter 200 millions d’allocations en moins sur 3 ans. INACCEPTABLE ! L’existence même des annexes est en jeu.

Les conditions d’emploi ne cessent de se dégrader et le travail en partie non rémunéré de se développer ; plus que jamais les artistes et les techniciens du spectacle ont besoin de conditions particulières d’indemnisation du chômage prenant en compte les conditions d’emploi dont ils sont les victimes. C’est le rôle de l’assurance chômage.
En 2016, l’accord avait rétabli l’ouverture de droits à 507h sur 12 mois, ce que nous n’avions eu de cesse de revendiquer depuis 2003. 5 000 artistes depuis 2016 ont ainsi pu être à nouveau indemnisés. N’en déplaise au MEDEF et au gouvernement l’accord de 2016 a réalisé plus de 100 millions d’économies. Au différé de 2014 s’est substituée une série de franchises. L’augmentation du taux de cotisation spécifique consentie par les employeurs du spectacle a également contribué à un meilleur équilibre des comptes. Le soutien en 2016 de notre confédération a été décisif dans la négociation de l’accord. De nouvelles économies seraient aujourd’hui catastrophiques pour les artistes comme pour les techniciens du spectacle.
Le SNLA-FO n’acceptera aucune baisse de droits.

Depuis plusieurs semaines, la population laborieuse proteste avec force contre les mesures antisociales du Président et du gouvernement. Elle exprime son exaspération parce qu’elle ne peut plus vivre de son travail ni de ses droits. Elle révèle les difficultés de millions de travailleurs, et le désespoir grandissant de tous ceux qui sont dans la précarité. La plupart des artistes depuis de nombreuses années en font partie.

Les mesures annoncées lundi par E. Macron ne répondent ni aux revendications ni à l’urgence de la situation.

C’est pourquoi, le SNLA-FO appelle les artistes à manifester MARDI 18 décembre et à préparer la grève.

A Paris, RDV dès 13h00 devant le MEDEF, 55 av. Bosquet, Paris 7è.

Ca suffit ! Nous voulons vivre de nos métiers et de nos droits,
Pas touche aux annexes 8 & 10 garanties par l’accord d’avril 2016 !
Augmentation générale et réelle des salaires

X
Enter your Le S.N.L.A username.
Enter the password that accompanies your username.
Loading