Error message

Notice: Only variables should be passed by reference in fancy_login_page_alter() (line 109 of /var/aegir/platforms/bricelo_7.67/sites/www.snla-fo.com/modules/contrib/fancy_login/fancy_login.module).

Emploi Ai dans les CDN avril 11

C’est pourquoi le SNLA-FO pose également la question, pourquoi les artistes interprètes ne

devraient-ils plus connaître le Cdi ? Dans les Centres Dramatiques Nationaux, c’est cependant ce

que prévoyait l’accord sur le volume d’emploi des artistes interprètes signé en 2003. Cet accord

prévoyait également qu’au moins 25% des emplois soient consacrés aux artistes interprètes. Non

seulement aucun CDN n’a signé de Cdi, à l’exception des Treize vents à Montpellier entre 2001 et

2009, mais le volume d’emploi des artistes interprètes dans les Centres Dramatiques Nationaux

est tombé à…13% en 2009 !

« A ce rythme, y aura t’il encore des artistes

dans les théâtres publics demain » ?

s’est exclamé le représentant du SNLA-FO lors de la réunion au ministère de la culture de la

« commission de suivi de l’accord de juin 2003 sur le volume d’emploi des artistes interprètes dans

les CDN », le 16 mars 2011. Que l’Etat n’a t-il pourtant promis en 2003 en matière d’emploi ? De

conférences de Presse, en rapports et « plans », le bilan est accablant : quasiment aucun artiste

en Cdi et 13% seulement des emplois est consacré à l’emploi direct des artistes. Quant à celui des

compagnies sous contrats avec les CDN : mystère !

Ca suffit ! Les artistes, comme tous les salariés, veulent

vivre de leur travail et de leurs droits

Contrairement aux autres syndicats qui déclarèrent le 16 mars dernier au ministère « ne pas être

favorables aux Troupes, mais être pour l’emploi permanent », le SNLA-FO n’oppose pas l’un à

l’autre. L’expérience prouve qu’à force de donner ni cadre artistique ni cadre conventionnel,

« l’emploi permanent » devient une abstraction.

Contrairement au ministre Frédéric Mitterrand qui déclarait en décembre 2009 que les Troupes

n’étaient « pas à l‘ordre du jour » parce que « coûtaient trop cher », nous affirmons qu’un pays

comme la France a les moyens de rétablir des Troupes d’artistes interprètes dans tous les CDN.

Que l’Etat cesse de consacrer 37 milliards d’euro aux troupes militaires et à l’armement ainsi que

43 milliards au paiement d’intérêts aux banques, alors qu’il ne consacre pas même 3 milliards à la

Culture (0,70% du budget). En choisisant de satisfaire aux besoins de la population, il peut rétablir

les Troupes d’artistes dans chaque CDN, maintenir celles dans chaque CCN.

Contrairement aux adhérents du SYNDEAC qui emploient chaque année  de moins en moins d’artistes et sous traite de plus  l’emploi  aux Cies, nous affirmons au SNLA-FO que rétablir les Troupes permanentes et l’aide permanente de l’Etat aux Compagnies serait une aide formidable pour un véritable emploi permanent des artistes interprètes. Le SNLA-FO a toujours défendu les Compagnies indépendantes. En 1998, il est le seul syndicat à s’être opposé à la Charte Trautmann qui généralisait les « nouvelles missions » et supprimait cette aide permanente.

 

Rétablissement des troupes permanentes dramatiques et chorégraphiques

Rétablissement de l’aide permanente d’Etat aux Compagnies

Rétablissement du CDI pour les artistes interprètes

 

Une Troupe permanente c’est 12 à 25 comédiens qui tout au long de l’année, se consacrent pleinement aux répétitions, aux représentations, à la recherche. Une Troupe permanente dans chaque CDN et CCN, c’est aussi la sauvegarde de nos Théâtres, menacés de devenir autre chose, à force de « nouvelles missions ». Une Troupe permanente c’est la défense de notre répertoire dramatique, classique et contemporain. Une Troupe permanente, constituée sur audition, c’est aussi des carrières offertes à la jeunesse, plutôt que l’extrême précarité voire les « petits boulots ».

X
Enter your Le S.N.L.A username.
Enter the password that accompanies your username.
Loading