Message d'erreur

Notice : Only variables should be passed by reference dans fancy_login_page_alter() (ligne 109 dans /var/aegir/platforms/bricelo_7.60.2/sites/www.snla-fo.com/modules/contrib/fancy_login/fancy_login.module).

NON au régime universel de retraite par points NON à la destruction de l’assurance chômage et des annexes 8 & 10

NON au régime universel de retraite par points
NON à la destruction de l’assurance chômage et des annexes 8 & 10

 

Comme les confédérations FO, CGT, FSU avec l’UNEF, l’UNL l’ont déclaré le 30 août dernier, « un constat s’impose et se renforce, celui d’une politique «visant à la destruction de notre modèle social, favorisant notamment l’explosion des inégalités et la casse des droits collectifs (…) C’est pourquoi, les organisations signataires décident de faire du 9 octobre prochain une première journée de mobilisation et de grève interprofessionnelle, étudiante et lycéenne. »

Parmi les prochaines « réformes », il y a le projet de réforme de retraite universelle par points, qui remet en cause la retraite par répartition versée par la sécurité sociale. La répartition, c’est la mutualisation du financement de la retraite par une partie du salaire (cotisations) et le droit identique pour tous à la retraite (prestations). Le régime universel par point, c’est la prétendue individualisation des droits, c’est-à-dire leur disparition. Le point a une valeur qui a tout moment peut changer, comme c’est déjà le cas avec les régimes ARCOO et AGIRC (complémentaires).

Autre (contre) réforme, en cours, celle de la formation professionnelle. Le CIF, très utile dans les projets d’évolution de carrière ou de reconversion, est supprimé. Les artistes, et singulièrement ceux dont la carrière est courte en raison de l’exigence physique, danseurs, circassiens… vont être durement touchés par cette suppression. Tout artiste qui a bénéficié un jour d’un CIF sait qu’il peut être coûteux et durer plusieurs mois ; qu’une allocation est versée, équivalente aux salaires perçus dans la période de référence, avec une allocation minimum. Le « CPF de transition » appelé à le remplacer prétendument, ne sera abondé que de 55h par an, cumulable, plafonné à 550h. Le niveau de prise en charge des coûts de formation est actuellement de 35€ / h, il ne sera plus que de 15€ le 1er janvier 2019 !

Le passage de droits collectifs à de prétendus droits individuels avec le remplacement du calcul d’heures par des euros ne permettra plus la prise en compte des stages dans les heures éligibles aux annexes !!

Aujourd’hui, un artiste qui a ses droits, choisi librement la formation dont il a besoin, selon son projet ; perfectionnement, extension de connaissances… Demain, si le plan de formation de branche, nos « stages conventionnés », subsisterait par exception pour nos secteurs, il devra s’inscrire dans un « parcours professionnel » défini par le(s)’employeur(s).

La suppression des « fonds libres » de la taxe d’apprentissage, c’est-à-dire d’une partie de la taxe d’apprentissage qui est mutualisée et affectée par des commissions paritaires de l’AFDAS, menace l’existence de nos Ecoles professionnelles. L’avenir de l’AFDAS est menacé, puisque le gouvernement voudrait réduire le nombre d’organismes collecteurs et répartiteurs. Si l’AFDAS survivait, elle devrait s‘ouvrir à d’autres secteurs professionnels. Le spectacle et singulièrement les artistes deviendraient une des nombreuses composantes de la future AFDAS.


Le Syndicat National Libre des Artistes Force Ouvrière (SNLA-FO) appelle les artistes à manifester et à discuter de la grève avec leurs collègues techniciens et administratifs le 9 octobre prochain

-         

pour le maintien de la sécurité sociale de 45, des retraites par répartition et de tous les régimes spéciaux

-         

contre la réforme de retraite universelle par points

-         

pour la défense de l’assurance chômage et des annexes 8 & 10

-         

contre le projet Macron d’étatisation à terme et des coupes immédiates de 1 milliard par an

-         

pour  la défense des conventions collectives, contre de nouvelles fusions qui remettraient en cause droits et service public

-         

pour la défense de l’emploi dont le respect de l’accord sur le volume d’emploi des artistes dans les CDN et des missions de production à Radio France

-         

pour la défense de la formation professionnelle, contre la loi « liberté de choisir son avenir professionnel » qui supprime le CIF, menace les stages « conventionnés » et l’AFDAS elle-même.

 

ADHEREZ au SYNDICAT NATIONAL LIBRE DES ARTISTES FORCE OUVRIÈRE

X
Saisissez votre nom d'utilisateur pour Le S.N.L.A.
Saisissez le mot de passe correspondant à votre nom d'utilisateur.
En cours de chargement